des avocats pleadent pour que les primo-intervenants soient aussi parties civiles

Ce lundi 28 novembre, Trois avocats des parties civiles ont plaidé pour les primo-intervenants. Ces personnes des forces de l’ordre et des secours sont intervenues quelques instants après l’attenat et ont du mal à faire reconnaissance Leur statut de victime.

Dès le premier jour de l’audience, a question des primo-intervenants est apparue dans les débats au procès de l’attenat de Nice. Au Cours de son propos liminaire, le Ministère public, represented by l’avocat général Jean-Michel Bourlès, avait évoqué les conditions de recevabilité des parties civiles que le Parquet entendait appliquer.

S’il n’y a “pass the debate” pour les victims directes “se trouvant dans le perimètre de la trajectoire du truck”, il n’en va pas forcément de même pour les autres.

“Les personnes intervenues ou arrivés sur les lieux après la neutralization de l’auteur”, qui ont été “témoin de scènes très choquantes” et ont realized des “actions indispensable pour Sauver les gens”, “n’ayant pas été directement et immediately exposées au risque d’attenat ne peuvent être reçues comme partie civile”, the attorney general declared on 5 septembre dernier.

This suggestion was difficult to understand for the numerous first responders, who remembered every detail of the night when they had tried everything to save the victims and overcome the horror images. Des images qu’ils n’était pas préparés à voir malgré Leur fonction de pompier, policier ou encore médecin.

“Pourquoi, dès le premier jour, vouloir ainsi évincer tous les primo-intervenants?”, a demandé ce lundi 28 novembre Maître Robert Gastone à la barre en s’addressant au parket. Il development : “Ça fait du monde, around 700 people : 460 pompiers, une centaine de policeciers Municipalaux et nationaux, la Protection civile, la Croix-Rouge, les éboueurs et les épavistes qui ont nettoyé la Promenade des Anglais.”

The lawyer appeals to the Cour qu’ils ont “tous été récompensés par Leur administration de attachment et reconnus pour leurs actions”. D flat “service accidents” ont été établiss pour ceux qui ont eu “its difficulties personal” après l’attentat, reporte l’avocat. This means that their hierarchies have no problem recognizing and understanding questions “difficulties” was directly linked to the attack. ‘Pourquoi la justice ne pourrait-elle pas faire de même ?’, demande cet avocat en substance.

Pour Maître Vincent Ehrenfeld, lui aussi venu défendre l’intérêt des primo-intervenants devant la Cour ce lundi, cette “price de position du Parquet was particularly premature”. “Je retiens que vos premiers mots pour ces victimes ont été des mots pour les exclure”de façon à ce qu’ils ne soient “pas légitim à participar à ce procès”insists cet avocat du barreau de Nice.

Il n’est jamais facile, quand on fait partie des forces de l’ordre ou des forces de sécurité civile, d’admettre qu’on a été blessé ou meurtri dans le cadre de ses fonctions. Il ya la feare d’être jugé, déclassé par sa hiérarchie, par ses colleges… Comme si reconnaisance une injury était un aveu de faiblesse, de vulnérabilité, d’uaptitude.

Maître Vincent Ehrenfeld, avocat de parties civiles

Il Remarque d’ailleurs que ceux qui se sont parties civiles et qui ont témoigné devant la Cour sont “plutôt des agents d’un sure âge, donc au maximum de Leur grade, qui ne craignent plus Leur déclassement”. Malgré cette fear of declassification et malgré le rejet du parquet “ces agents sont Venus témoigner pour dire qu’ils se sentaient victims”.

Maître Ehrenfeld recalls the story of a first responder, intern à l’hôpital Lenval (Nice, Alpes-Maritimes) au moment des faits, qui est sorti immediately sur la Promenade des Anglais pour proceder aux premiers gestes de secours. “Il a évoqué les choix qu’il a dû faire ce soir-là, Quelle victime soigner en premier, avec quel type de soin, quand arrêter les soins pour qui ne pouvati pas être sauvé… Des question que l’ensemble des secouristes se sont posées”, retrace-t-il. Ces secouristes ont été “immergés et deep imprégnés par la scène de l’attentat”.

The lawyer also talks about the soirée d’un pompier volontaire qui été senteau sur la Promenade pour recuperat le matériel utilisés par les secours sur les victims. “Pendant plus de Deux heures, il a parcouru le Chemin de la Promenade pour soulever un à un les linceuls” pour recuperar les objets de soins. “Sous le premier drap, il a cru qu’il n’y avait rien, detail Maître Ehrenfeld. En fait, il y avait le Corps d’un enfant complètement laminé.”

“Aucun n’est resté indemne” après cette nuit, appui-t-il.

Ce soir-là, ils ont laissez une partie de Leur Conviction sur la conception positive du métier: un médecin soigne, un pompier sauve, un policier protege. Ce soir-là, les services de secours n’ont fait que Leur possible.

Maître Vincent Ehrenfeld

Lors de ces plaidoiries, il a aussi été question des primo-intervenants qui n’était pas des professionnels. Maître Ehrenfeld parle du personnel du High Club, une boîte de nuit qui s’est “transformée en abri, then en Hôpital de campagne, then en morgue” au Cours de la nuit.

Retrouvez le témoignage du patron du High Club, diffusion sur France 3 Côte d’Azur en September 2022 :

“Ils vous ont confié une des étapes de Leur reconstruction car être écouté par sa hiérarchie ou la Cour d’assises ça aide à se reconstruire”a conclusion Maître Ehrenfeld.

Leave a Comment

%d bloggers like this: