quand les avocats doivent se défendre… contra leurs clients

A principle, le cabinet of Me Catherine Herrero devrait pouvoir rouvrir en janvier. Un soulagement pour cette avocate installed à Bobigny (Seine-Saint-Denis) depuis près de Trente ans. « Pour l’instant, je suis logée download dans les Locaux de l’Ordre des avocats », explain-t-elle.

Aujourd’hui, elle n’a plus envie d’arrêter son métier. Mais l’idée lui a bel et bien traversé l’esprit quand, à la mid-September, elle a retrouvé son cabinet incendié par un client mécontent. « Il m’a appelle car il voulait recuperar un document. I was on vacation, I read that I would return two days later. Il n’a rien dit. Puis, il s’est rendu à mon cabinet, où il a tout cassé avant de mettre le feu », raconte Me Herrero, qui a perdu dans les flammes 70% de ses dossiers papier.

On November 7, the arsonist was sentenced to three years in prison and ten months in prison, and was sentenced to detention. « J’ai été très meurtrie par ce qui s’est passé, mais je reste avocate et je ne peux pas être contente de voir un homme aller en prison, alors que je ne Cesse de dire que celle-ci empêche bien souvent toute réinsertion », regrets l’avocate.

“Une consœur a reçu une paire de gifles”

Ce cas reste bien sûr isolé. «En trente-trois ans de carrière, c’est la premiere fois que je vois un cabinet être incendié», points out Me Frédéric Gabet, ancien bâtonnier de Seine-Saint-Denis. « Mais cela s’incrit dans un climat de tensions croissantes entre les avocats et leurs clients. Récement, une consœur a reçu une paire de gifles à son cabinet », illustrate

“Ce matin encore, une avocate m’appéle au sujet d’une cliente qui voulait recuperat son dossier et se comportait comme une Furie”, subscribe Me Claude Garcia, bâtonnier de Pau. “Les violencees physicales restent rares, mais nous avons de plus en plus de remontées concerning des intimidations verbales ou des insults”, confirm Jean-Raphaël Fernandez, bâtonnier de Marseille.

Dans nombre de cas, ces tensions sont liéante à la lenteur de la justice. L’incendiaire du cabinet de Me Herrero, par exemple, avait du mal à accepter que son dossier, concerning une garde d’enfant, n’ait toujours pas été trenché au bout d’un an et demi. « Les avocats n’y sont pour rien, mais ils se retrouvent en première ligne et sont parfois Rendus responsables du fait que cela traîne autant » estimate Jean-Raphaël Fernandez.

“Je paie donc je peux tout exiger”

Mais les robes noires disent aussi être conconoes à une “a kind of consumerism” dans la relationship avec les justiciables. « Dans l’esprit de certains, nous sommes devenus des perlawats de services Parmi d’autres, who should be pouvoir régler tous leurs problèmes tout de suite. Comme si les avocats avaient une bond de résultat », déplore Me Jérôme Gavaudan, president of the Conseil national des barreaux. « Si on Gagne devant le tribunal, certain clients vont penser que c’est Parce que Leur dossier était bon. Et si on perd, c’est Parce que l’avocat était mauvais », add me garcia

Pénaliste en Seine-Saint-Denis, Me Clarisse Serre (1) constate, elle aussi, des évolutions Chez sures «voyous» qu’elle defend. « On voit parfois arriver des gens qui nous disent : “L’argent n’est pas un problème, demandez ce que vous vous voulez.” Il faut garder la tête froide et ne pas céder à la temptation d’honoraires qui seritant unjustifiés. Cela peut être un piège, because certaines personnes ont l’habitude de tout obtenir en y mettant le prix. Elles disent : “Je paie donc je peux tout exiger” », explique-t-elle, en soignant la grande méconnaissance du travail de l’avocat. « Des familles nous disent parfois: “On Payé mais vous ne faites rien pour Notre fils qui est toujours en prison.” Alors, il faut explicer qu’on est déjà Allé voir cinq fois Leur fils en détention, en prenant parfois la matinée pour le faire. Et qu’on a redégé dix courriers dans la foulée. »

Pour Me Serre, il faut surtout être « very clear » dès le début et ne pas promettre ce qu’on n’est pas sure d’obtenir. « Il faut surtout faire comprendre que la justice n’est pas un service comme un autre. Et que ce n’est pas Parce qu’on paie un avocat qu’on va sortir de Prison ou être acquitté. »

« Visse ne supportent pas qu’on défende telle ou telle personne »

Claire Dujardin

President of the Syndicat des avocats de France

« Il ya quelques semaines, Notre consœur Me Lucie Simon a été la cible de menaces de mort et de viol simplement Parce qu’elle assured la Défense de l’imam Iquioussen. Et ce n’est pas la première fois que des avocats sont très violemment mis en cause simplement Parce qu’ils assistant telle ou telle personne. À Mayotte aussi, nous avons soutenu une consœur gravement menacé car elle défendait des mineurs isolés. Quand on s’en prend à un avocat de cette manière, on ne vise pas Seulement une personne, c’est l’état de droit que l’on attaque. »

.

Leave a Comment

%d bloggers like this: